Award-Winning Global Lifestyle Magazine

#TropicsIconoclasts : Pause café avec le réalisateur congolais Hassim Tall Boukambou

0 52

Au vu de son potentiel économique énorme, le continent africain est aujourd’hui élevé comme la terre de talents, la terre des affaires et la terre d’avenir par excellence. Avec une croissance économique soutenue de 5 à 6% en moyenne par an, la population africaine dépassera, haut la main, celle de la Chine d’ici à 2035 et nul ne peut faire fie des investissements qui seront multipliés par 5 dans les 10 prochaines années. Il va sans dire que l’Afrique est donc le nouvel eldorado pour les porteurs de projets comme les investisseurs locaux voire internationaux.

Dans sa série de classements annuels “TROPICS ICONOCLASTS” dédié aux pays africains, la rédaction de TROPICS MAGAZINE passe en revue l’énorme potentiel de croissance du continent. Au travers de ses séries d’interviews dédiées aux figures de proue et futurs cadres africains, ledit magazine primé ‘Meilleur Magazine de l’Année’ aux Creative African Awards de Londres analyse les enjeux des Jeunes Leaders ainsi que les challenges que doivent relever les dirigeants et les entreprises africaines.

Et si l’Afrique est en chantier, le CONGO-Brazzaville n’est pas en reste. Au vu de leurs actions multiformes, la quasi totalité de ses fils et filles est effectivement à l’oeuvre sur place comme à l’étranger. Nous vous proposons donc, sans ne plus tarder, d’aller à la rencontre d’une des 65 figures de proue congolaises, dont la magnitude des réalisations rehausse l’image de leur patrie mère. Interview!

 

TROPICS MAGAZINE – Le 22 Avril dernier, TROPICS MAGAZINE rendait publique son tout 1er classement dédié à la République du Congo et qui avait pour but de placer les réverbères sur une terre de talents qui a longtemps marqué l’histoire du continent. Comment avez-vous accueilli cette nouvelle, partagez avec nos lecteurs vos impressions à chaud?

C’était une belle surprise, d’autant plus que les talents congolais ne manquent pas. Certains sont plus médiatisés que d’autres, cela n’enlève aucunement le mérite de toutes les personnes qui font la fierté du Congo. J’ai régulièrement l’occasion d’en rencontrer au Congo et hors de nos frontières nationales. Pour la petite histoire, certains talents Congolais n’ont jamais mis pied au Congo et revendiquent cette qualité d’enfant du pays, quand d’autres plus médiatisés ne le font pas.

 

Félicitations pour cette belle reconnaissance que vous méritez amplement. Vous semblez plutôt attentif à toucher le plus large public… Parlez-nous de la place qu’occupe votre pays dans votre coeur et comment est-ce que cela se traduit dans la matérialisation de vos rêves ou projets…

Je suis né à Brazzaville au Congo. Etre Congolais implique des droits et des obligations dans mon travail de producteur et Réalisateur. Je me dois d’associer les meilleures compétences congolaises à celles dont j’ai besoin à l’international pour réaliser nos productions. Nous avons choisi de faire connaître au reste du monde les beautés du patrimoine congolais et africain.

 

Les jeunes leaders, dirigeants et entrepreneurs africains sont souvent décrits comme des personnes persévérantes et résilientes. A votre avis, quelles sont les qualités qui vous caractérisent et comment contribuent-elles à votre épanouissement?

Au vu de l’histoire de notre pays, de l’Afrique, des défis à relever et de l’environnement socio-économique, tout vous pousse à l’humilité. Seuls les avis du public, des professionnels et de nos proches nous boostent.

 

« Nous avons eu de la chance d’avoir des modèles autour de nous. Les gens qui nous inspirent sont à la fois proches de nous et dans des contrées lointaines. Si demain par notre travail, nous devenons également des modèles à suivre, on se doit d’être disponible et à l’écoute de ceux qui veulent apprendre. On ne crée pas grand chose mais on améliore au quotidien l’existant, c’est ma petite expérience qui parle. » Hassim Tall Boukambou, Documentariste & Réalisateur

 

Quels ont été vos principaux succès et échec professionnels à ce jour? Et, quels sont aujourd’hui vos souhaits d’évolution et vos focus principaux?

Nous pouvons compter au nombre de nos succès les productions des films documentaires « Révolutionnaire(s) », « Couleurs Congo », « Brazzaville ». Les échecs sont tous relatifs, néanmoins l’ambition de notre entreprise Bonz communications demeure d’être parmi les 3 premiers groupes audiovisuels d’Afrique.

 

Le Congo-Brazzaville n’est pas un assez grand acteur économique dans la sous-région d’Afrique centrale. Quelles sont selon vous les causes de cette faille et comment peut-on davantage rendre visibles le génie des innovateurs, comme vous, pour qu’ils deviennent reconnus et célébrés à leur juste valeur?

Le génie créateur des congolais a besoin d’éclore et prospérer dans un environnement politique apaisé, un environnement économique sain où les banques d’investissement joueront enfin leur rôle d’appui au secteur privé. Nos banques brillent par des taux d’intérêts exorbitants. Le Congo y gagnerait enfin à appliquer réellement le droit des affaires et à le toiletter si nécessaire.

 

#TropicsIconoclasts : Pause café avec le réalisateur congolais Hassim Tall Boukambou

 

Comment gérez-vous cette pression  quand on vous présente comme l’un(e) des Ambassadeurs/rices de votre pays? Comment est-ce que votre contribution, à votre niveau, influe sur la société et impacte des vies autour de vous?

De vous à moi, on ne naît pas Ambassadeur d’un pays, on le devient par la force des choses. Il n’y a aucune pression à avoir, seuls vos compatriotes vous reconnaissent cette qualité ou vous la dénient. A mon humble avis, notre travaille contribue à faire connaître le patrimoine congolais et à éveiller de la curiosité. Au regard des spectateurs  et Congolais qui emboitent nos pas, chacune de nos productions change nos regards sur le Congo et le monde.

 

Être élevé par ses pairs est une belle forme de reconnaissance mais préparer l’avenir est encore meilleur. Comment comptez-vous renvoyer l’ascenseur pour la prochaine vague d’élites qui souhaite marcher sur vos traces?

Nous avons eu de la chance d’avoir des modèles autour de nous. Les gens qui nous inspirent sont à la fois proches de nous et dans des contrées lointaines. Si demain par notre travail, nous devenons également des modèles à suivre, on se doit d’être disponible et à l’écoute de ceux qui veulent apprendre. On ne crée pas grand chose mais on améliore au quotidien l’existant, c’est ma petite expérience qui parle.

 

Nous ne saurons clôturer cet entretien sans vous laisser le soin de faire état de vos projets à court et long-terme, tout en espérant que ces derniers fassent mouche…

Nous travaillons en ce moment sur le second volet de la trilogie « Révolutionnaire(s) »: la Genèse. De 1880 à 1960,  nous relatons l’histoire tumultueuse des peuples qui vont décider de sceller leur destinée sur l’actuel territoire du Congo. Nous pensons terminer ce film documentaire pour décembre 2018. Il s’en suivra une année de promotion internationale.

 

Petite note ludique… Nous comptons sur vous pour faire découvrir aux lecteurs de TROPICS MAGAZINE une autre facette du ‘Congo’ qu’ils ne connaissent certainement pas…

-La personnalité congolaise qui vous inspire le plus et pourquoi?

Mon défunt grand-père Julien Boukambou, je continue à en apprendre sur le Congo à travers son parcours.

 

Votre type de musique africaine préférée et pourquoi?

La rumba congolaise, la base de toute la musique contemporaine africaine.

 

-Le plat (recette de cuisine) congolais par excellence selon vous et pourquoi? Le saka saka, des feuilles de manioc populaires qui s’accompagnent de la chikwangue. Tout en un pour le bonheur des gastronomes

 

-Votre destination touristique congolaise incontournable?

La croisière sur le fleuve Congo et ses affluents

 

-Quelle oeuvre littéraire explorez-vous en ce moment ou citez-en une qui vous a marqué pour la vie (vous avez le choix entre entre l’Afrique et l’étranger)?

Ma lecture du moment est « Texaco » de Patrick Chamoiseau

 

Reste à vous souhaiter bon vent ainsi qu’à vos équipes… Quel serait votre mot de la fin ou l’appel que vous souhaitez lancer à l’endroit des dirigeants de votre terre mère?

Les défis du Congo sont nombreux. Mon souhait est que chaque enfant du pays s’approprie l’histoire et le devenir de notre pays.

 

 

Copyright TROPICS HOLDINGS Ltd. All Rights Reserved.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.